Pas de corps gras, juste de l’eau froide!

L’autre soir, une situation que tout le monde, ou presque, a déjà vécue est survenue… Vanessa a sorti un chaudron du four chaud, l’a posée sur le comptoir, a retiré sa mitaine de four, et va savoir pourquoi, a attrapé la poignée du chaudron… qui était bien évidemment, encore brûlante… De prime abord, elle avait beaucoup de souffrance dans son regard, mais ce qui a le plus attiré mon attention, c’est sa forte tendance à s’auto flageller en se traitant de tous les noms. Réaction qui, malheureusement pour Vanessa, ne faisait qu’empirer sa situation. Pourquoi? Simplement parce que son auto flagellation ne faisait qu’augmenter ses pulsations cardiaques, faisant par le fait même, accroître le flux sanguin dans son corps et donc intensifiait la douleur ressentie.  

Marie-Michèle a pour sa part, vécu une situation un peu plus traumatisante, lorsqu’elle a décidé de faire une action banale qu’elle avait déjà faite mainte et mainte fois. Elle a fait chauffer de l’eau dans une casserole. Une fois l’eau bouillante, elle a transvidé l’eau dans une tasse qu’elle tenait dans l’autre main pour se préparer une tisane. Par mégarde, l’eau n’a pas atteint la tasse mais bien sa main. Résultat? Elle s’est brûlé la main au 2e degré voyant rapidement apparaître de multiples cloques sur ses doigts (figure 1). Ce qui est le plus surprenant aujourd’hui, est que Marie-Michèle ne sent plus le bout de ses doigts car ils ont été brûlés au 3e degré; signifiant que ses terminaisons nerveuses ont été endommagées. Oui, oui!, se brûler au 3e degré par de l’eau bouillante… 

Brûlure au 2e et 3e degré, cours de premiers soins Mesdemoiselles Survie

Fig. 1. Main de Marie-Michèle brulée au 2e et 3e degré.

Que ce soit l’histoire de Vaness ou de Marie-Michèle ou encore la fois où ma mère a échappé un chaudron de bouillon à fondue en pleine ébullition sur moi, la même action doit être prise dans tous les cas, et ce, le plus rapidement possible. Non, ce n’est pas de mettre du beurre sur la brûlure, ni d’attendre que ça passe. Il faut simplement ARRÊTER LA BRÛLURE. Quand on y pense, si on fait chauffer une poêle sur un rond et qu’on la retire une fois chaude, même si elle n’est plus sur le rond, elle est encore chaude. La même chose se produit avec notre corps. Même si le corps n’est plus en contact avec la source de chaleur, la brûlure continue à pénétrer les différentes couches de la peau soit l’épiderme (1er degré), le derme (2e degré) et l’hypoderme (3e degré).

COMMENT ARRÊTER LA BRÛLURE? Il ne suffit que de mettre la peau brûlée sous l’eau froide, et ce, pendant au moins 10 minutes. De cette façon, on soulage la douleur, on contrôle l’enflure et on favorise une cicatrisation rapide.

Pour contrôler la douleur par la suite, rien n’empêche de faire des bandages ou de mettre sur la blessure des compresses humides. C’est le contact avec l’air qui est douloureux. Un cas comme Marie-Michèle nécessite assurément une visite chez le médecin. Ensuite, faut-il percer ou non les cloques? La communauté scientifique ne s’entend pas! Il est donc raisonnable de laisser le corps travailler par lui-même et elles finiront par se percer d’elles-mêmes.

Valéry B. Hamel

Fondatrice et propriétaire de Mesdemoiselles Survie

**Vous voulez en savoir plus? Mesdemoiselles Survie offrent des formations de réanimation et de premiers soins dynamiques, vulgarisées, drôles et axées sur des situations réalistes de la vie courante.

Organisez un groupe pour un cours à la maison ou au bureau et nous pouvons nous déplacer selon votre convenance.